Le palais idéal du facteur Cheval

Au milieu de la paisible commune de Hauterives, dans la Drôme, se dresse un bien curieux monument. Imaginé et bâti par le facteur cheval, ce « palais idéal » mêle les influences architecturales et les époques pour un résultat aussi baroque qu’époustouflant.

Selon ses souvenirs, en avril 1879, durant l’une de ses tournées, le pied du facteur bute contre une pierre, manquant de le faire tomber sur le chemin. Son œil ayant été attiré par la forme curieuse de la pierre. Elle sera nommée « la pierre d’achoppement ». Dès le lendemain, repassant au même lieu, il constate la présence d’autres pierres ayant des formes encore plus singulières et, à son goût, plus belles que celle qu’il avait trouvée la veille. Il se fait alors la réflexion que, puisque la nature pouvait « faire de la sculpture », il pourrait très bien lui-même, fort de ses longues rêveries préparatoires, se faire architecte, maître-d’œuvre et ouvrier dans la construction d’un « Palais idéal »

Pour le créer, Ferdinand Cheval s’est inspiré des cartes postales et des calendriers des postes représentant les colonies françaises, qu’il distribuait en tant que facteur. N’ayant aucune formation en art et en architecture, il construit son Palais sans respecter les règles académiques. C’est pourquoi on peut considérer que ce palais relève de l’art brut, terme qui désigne les oeuvres d’art créées par des artistes non professionnels qui ne respectent pas les règles et suivent leur intuition.

Le palais du facteur Cheval est une sorte d’assemblage de désirs de voyages imaginaires, d’idéalisations de civilisations proches ou lointaines, de création de personnages fantasmagoriques, et d’interprétations d’épisodes bibliques .

Nombre d’animaux et créatures sculptés peuplent ce palais: caïmans, éléphants, pélicans mais encore fées, personnages historiques et mythologiques.

Le palais idéal du facteur Cheval – La chronologie

L’histoire du facteur Cheval débute en 1831 dans la Drôme dans une époque rurale ou une grande partie de la population est paysanne et pauvre. Les parents de Ferdinand Cheval sont de petits cultivateurs, propriétaires de trois hectares de champs de bois et de champs.
Les épidémies et disettes sont fréquentes et les enfants peu scolarisés. Il faudra attendre les lois de Jules Ferry sous la Troisième République, pour rendre l’école gratuite (1881), l’instruction obligatoire et l’enseignement public laïque.
Joseph Ferdinand Cheval est donc élevé dans ce contexte peu scolarisé avec une langue maternelle mal maîtrisée. Beaucoup de ses écrits dans le palais seront corrigés par le facteur lui même après coup après les remarques des premiers visiteurs.
A la mort de son père, il n’a pas encore 19 ans et renonce à reprendre la ferme maternelle pour devenir boulanger à Valence puis près de Lyon. Entre temps, il s’est marié avec Rosalie Revol qui lui donnera son premier fils malheureusement décédé à l’âge de un an en 1866. Un deuxième enfant naîtra cette même année et c’est en 1867 qu’il commence son nouveau métier de facteur. A sa demande, il est muté à Hauterives en 1869.
Son épouse Rosalie meurt en 1873 à l’âge de 32 ans Dans l’incapacité d’assurer l’éducation du petit Cyrille, celui-ci est confié à ses parrains et marraines qui l’élèveront avec ses cinq autres enfants.
Il se remarie en 1878 avec Claire Richaud, veuve sans enfant qui apportera en dot une petite proprieté qui permettra plus tard à Ferdinand Cheval d’acquérir un lopin de terre à Hauterives.
C’est en avril 1879, sur le chemin de sa tournée que son destin va s’infléchir. Le facteur Cheval bute contre une pierre bizarre, et ce matériau brut au grain particulier et à la forme sculpturale va déclencher en lui un élan créateur qui ne s’achèvera que trente ans plus tard.
A partir de 1880, ces roches et ces pierres vont lui permettre de matérialiser ses rêves de construction d’un palais fantastique où il pourra transformer ces vulgaires cailloux en édifice monumental peuplé d’êtres étranges, animaux, figures primitives, et autres personnages mythiques.

Commencé en 1879, le Palais idéal n’est achevé qu’en 1912…

Voir la chronologie complète

Quatre faces pour quatres points cardinaux

La face Est

Click here to add your own text

La face Ouest

La face Sud

La face Nord

Les inscriptions du Facteur Cheval

Collage numérique avec les inscriptions du Facteur Cheval